Diffusez-le ou ignorez-le : « Médiéval » sur Hulu, une épopée de bataille historique ultraviolente mettant en vedette un Grim Ben Foster

Quel Film Voir?
 
Propulsé par Reelgood

Médiéval ( maintenant sur Hulu ) est un drame d'action et de fiction historique mettant en vedette Ben Foster dans le rôle du héros de guerre militaire tchèque Jan Zizka, un général qui n'a jamais perdu une bataille, à l'exception peut-être des quelques escarmouches décrites dans ce film. Là encore, il se peut qu’il s’agisse simplement de combats et non de batailles, alors peut-être qu’ils nous ont mis sur un point technique ? (Rappelez-vous, je pinaille parce que je m'en soucie.) Il s'agit donc techniquement d'un film BOATS (Basé sur une histoire vraie), remarquable pour être le film tchèque le plus cher jamais réalisé, avec un budget de 20 millions de dollars, et également remarquable pour être un film lâche. interprétation de la biographie de Zizka, car on ne sait pas grand-chose de sa jeunesse, au cours de laquelle il aurait pu perdre une ou deux escarmouches. C’est ce que vous appelez une licence créative, quelque chose qui, espérons-le, fera de ce film un bon film plutôt qu’un mauvais film.



combien de saisons de manifeste sont sur netflix

MÉDIÉVAL  : Diffusez-le ou ignorez-le ?

L'essentiel: La première image que l'on voit est celle d'un cheval au grand galop, sauf au ralenti, accompagné d'une voix off : Violence, dit la voix off, puis une longue pause. Ensuite, la tyrannie. Intrigue. Pouvoir. Ce sont les principes fondamentaux de la connerie politique qu’est l’Europe vers 1400, même si l’on pourrait affirmer que ce sont les principes fondamentaux de toutes les conneries politiques qui se sont jamais produites quelque part. Celui-ci est peut-être unique car il y a deux papes. Je le répète : DEUX PAPES. Comme si une seule ne suffisait pas déjà ! Deux hommes se disputent leur interprétation de la volonté de Dieu, qui se traduit par lequel d’entre eux sera roi. Et quand il y a un débat pour savoir qui dirigera l’Empire romain et la Bohême et quels que soient les autres territoires à conquérir, cela signifie que la vie sur le terrain où vivent les gens ordinaires est un endroit où règne le chaos. Les cadavres pendent aux arbres, le sang imprègne la terre, les cendres des maisons couvent. Les seuls gens heureux sont les corbeaux, car ils ont tellement de globes oculaires frais à picorer dans les crânes.



Parmi ces gens du terrain se trouve Jan Zizka (Foster), qui dirige une bande de mercenaires dans la lutte contre les méchants. Dans ce monde, pour affronter les méchants, même les gentils doivent être des sociopathes qui vont bien un moment et des tueurs meurtriers le lendemain - mais au moins les gentils se sentent mal à propos de ce qu'ils ont. faire pour vaincre les méchants, en témoigne une scène dans laquelle Zizka s'agenouille et marmonne, peut-être à son dieu ou autre, Pardonne-nous pour ce que nous sommes sur le point de faire. Et ce qu'ils font, c'est saisir de grandes épées, des poignards et des objets hérissés qui pendent de chaînes sur des bâtons, et frapper le sang et le pus des autres hommes. L’arme de prédilection de Zizka est une masse de fer qui, d’après les images que nous voyons dans ce film, ne fait pas du bien lorsqu’il vous frappe à la tête avec. On se demande s’il préfère ne pas frapper les gens à la tête avec une masse de fer, ou s’il aime vraiment le faire ; on a le sentiment que cet âge hypertoxiquement masculin rend les conflits moraux internes encore plus difficiles à résoudre.



Quoi qu'il en soit, il y a un complot ici, et cela implique que Lord Boresh (Michael Caine) charge Zizka d'enlever Lady Katherine (Sophie Lowe), la fiancée du puissant seigneur Henri III de Rosenberg (Til Schweiger), afin qu'elle puisse être utilisée comme monnaie d'échange. pour que le roi Venceslas IV (Karl Roden) usurpe le pouvoir de Rosenberg et devienne ainsi empereur romain, au grand dam de Sigismond (Matthew Goode), qui veut encore plus de pouvoir royal qu'il n'en a déjà. Cela signifie que l'intrigue jette Katherine ici et là comme une patate chaude politique tandis que Zizka fait deux choses : premièrement, déjouer des groupes plus importants d'hommes violents avec de violentes embuscades qui lui permettent de se livrer à des actes de violence contre ces hommes. Et deuxièmement, il regarde Katherine et se demande s'il elle l'aime bien l'aime bien, surtout après qu'il a perdu un combat et qu'elle le soigne en le cachant dans une grotte et en arrachant quelques asticots d'un rat mort et en les lavant dans un ruisseau et en les mettant sur la blessure suintante qui était autrefois son globe oculaire. Si ce n’est pas une situation qui inspire les cœurs et les arcs-en-ciel, je ne sais pas ce que c’est.

Médiévale 2022

Photo de : Everett Collection



gamme disney plus 2021

De quels films cela vous rappellera-t-il ? : Médiéval s'inspire de nombreuses épopées de bataille quasi historiques qui l'ont précédé, ce qui en fait un Un cœur brave et/ou The Northman : La version ennuyeuse .

Des performances à surveiller : Foster est un acteur sous-estimé – son travail dans Ne laisse aucune trace , Contre vents et marées et Le Messager montre l'étendue de sa gamme. Sans aucun doute, Médiéval bénéficie de sa présence, mais cela ne lui permet finalement pas d'approfondir Zizka, d'ouvrir pleinement ce personnage stoïque et de réfléchir à ses compromis moraux.



Dialogues mémorables : Katherine passe en revue son propre film lorsqu'elle dit : « Avez-vous vu tout cela tant de fois que vous ne ressentez plus rien ?

Sexe et peau : Nudité féminine ; une brève scène de violence sexuelle.

Notre avis : Malheureusement, le germe d'un conflit entre deux papes ne trouve aucun support ici, de sorte que nos espoirs d'un pape-off mortel et brutal au troisième acte ne se sont pas réalisés. Nous nous retrouvons donc avec l’arc de personnage de Zizka, qui semble impliquer que l’affection tiède d’une femme pure et noble comme Katherine a contribué à forger l’homme qui allait finalement devenir un héros national. Qu’il y ait du vrai ou du vrai dans cette histoire n’est pas la question – vous savez, la licence créative et tout ça – mais Médiéval Les affirmations dramatiques de sont si fades que notre investissement dans celles-ci est minime. Qui est exactement cette Zizka ? Quelles sont ses convictions au-delà d’être un type rusé de Robin des Bois qui se range du côté des opprimés ? Le scénario contient de nombreuses déductions sur la volonté de Dieu, mais que pense-t-il exactement de la spiritualité et de la religion organisée, ainsi que de leur rôle dans la politique du XVe siècle ?

Ce sont des questions pertinentes sur un homme qui finirait par diriger des armées dans des croisades victorieuses, mais ce scénario fragile utilise une intrigue alambiquée qui positionne Zizka comme l'homme qui nous emmène d'un point historique A à un point historique B sans trop d'implications plus importantes sur son personnage. En tant qu'histoire d'origine de Zizka, le film est d'une minceur frustrante et menotte Foster – généralement une présence plus vivante – à son ton sombre et suffocant. En règle générale, des intrigues trop compliquées comme celle-ci se règlent d'elles-mêmes après un certain temps, et celle-ci ne le fait jamais vraiment, nous situant aux côtés de Zizka alors qu'il combat quiconque est contre lui et ses idéaux, quels qu'ils soient, pour quelque raison que ce soit.

90 jours la vie de célibataire saison 1 épisode 2

Une telle rigolade thématique non réalisée incite à croire que Médiéval existe moins comme une expérience cinématographique réfléchie, plus comme un film d'action se délectant de son propre excès violent, à la manière de Mel Gibson. Le réalisateur Petr Jakl zoome sur les coups de couteau, les entailles et les éventrations, les scènes d'hommes se mordant le nez et les lions mordant plus encore (oui, les lions, parce que pourquoi pas ?). La brutalité est rendue avec réalisme et un sentiment de grandeur lyrique qui fonctionne à un niveau de base, générant un frisson ou trois et équilibrant les morceaux bavards et l'histoire d'amour peu convaincante. Parfois, Jakl trouve un groove de pierre pendant les séquences d'action, et parfois il y a trop de lumière tamisée et de découpage en dés dans la baie de montage pour qu'elles soient compréhensibles. Tels sont Médiéval les modestes ambitions de ; le film fonctionne mieux comme une épopée de bataille passable à petite échelle, mais au-delà de cela, c’est une luge difficile.

Notre appel : Médiéval est tout à fait intéressant, je suppose. Mais la médiocrité est-elle suffisante pour justifier une recommandation ? Non. SAUTER.

John Serba est un écrivain indépendant et critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan.