Autre

Critique de « Impeachment : American Crime Story » : la série de FX réécrit l'histoire du point de vue des femmes

Impeachment: American Crime Story ne ressemble jamais au spectacle que vous attendez. C'est surprenant en soi quand on parle du scandale Bill Clinton et Monica Lewinsky, une affaire qui a été si largement médiatisée et moquée sans pitié qu'on en plaisante encore aujourd'hui avec désinvolture. Au lieu d'une tentatrice torride, Mise en accusation présente Lewinsky comme une jeune femme amoureuse, désespérée de plaire à l'homme marié qu'elle adore. Et au fur et à mesure que cette histoire relativement pittoresque est entraînée de plus en plus profondément dans la politique de D.C., elle se transforme en pure horreur. Vous partirez Mise en accusation ressentir beaucoup de choses : la colère contre Linda Tripp, le dégoût envers Bill Clinton, la révulsion à propos du paysage médiatique impitoyable et de notre mentalité d'équipe actuelle de la politique. Mais vous laisserez également comprendre que Monica Lewinsky était une vraie personne plutôt qu'une punchline.

C'est cette caractérisation changeante qui rend l'épisode de la productrice exécutive et scénariste en chef Sarah Burgess si remarquable. Mise en accusation n'est pas un regard cinglant sur Lewinsky en tant qu'adultère, la version cartoon de cette femme adorée des années 90. Ni non plus Mise en accusation aller complètement dans l'autre sens, transformant Lewinsky en un brillant exemple de victime parfaite dans le sillage du mouvement #MeToo. Au lieu de cela, la saison 3 de cette série d'anthologies nous offre une version plus désordonnée de cette histoire. Ce Lewinsky est spécifiquement ciblé par un homme beaucoup plus âgé et plus puissant qu'elle, bien qu'elle flirte avec plaisir. Elle est clairement victime d'une dynamique de pouvoir injuste, même si elle couche avec un homme marié sans remords et lui demande de poursuivre sa carrière. Sa vie professionnelle et personnelle est décimée en raison de l'attention médiatique de ce scandale, mais avant que cette chaussure particulière ne tombe, Lewinsky ne passe presque pas de temps à parler de ses aspirations professionnelles. Au terme des sept épisodes mis à disposition de la critique, Monica Lewinsky ne se sent jamais comme un monstre ou une martyre. Elle est juste une fille au-dessus de sa tête.



Jamais une seule fois notre héroïne centrale n'a fait parfaitement l'affaire des républicains ou des démocrates. Au contraire, cette Monica Lewinsky, c'est un million de choses à la fois : optimiste, excitable, naïve, gentille, loyale, un peu égocentrique, encore plus folle amoureuse. Si le climat médiatique des années 90 a rasé les bords qui la rendaient humaine, Mise en accusation les ramène avec des détails fins.



Photo : FX

En conséquence, le rôle de Lewinsky dans ce trio de femmes est souvent défini par la peur. C'est en grande partie grâce à la douce et instantanément racontable que Feldstein apporte au rôle. De longues scènes tournent autour de Lewinsky assis près du téléphone, perdant des heures en attendant que Bill Clinton (Clive Owen) appelle. On passe encore plus de temps à la montrer alors qu'elle choisit méticuleusement une tenue ou se coiffe, le tout pour la plus brève des rencontres avec cet homme. Chaque moment désespérément romantique est empoisonné par la vérité de ce qui est à venir. Cette relation que Lewinsky adore et croit être la meilleure partie de sa vie deviendra finalement ce qui la détruira. Elle ne le sait pas encore, mais nous le savons.



Cet arc terrible se joue plus directement dans l'histoire de Paula Jones (Annaleigh Ashford). S'il y a une victime parfaite dans ce récit, c'est bien Jones. Alors qu'il travaillait comme employé de l'État de l'Arkansas, Jones affirme que Bill Clinton s'est exposé et lui a fait des propositions. De l'épisode 1, l'humble héros d'Ashford ne veut qu'une chose : des excuses du président. Pourtant, alors que de plus en plus d'avocats et de journalistes se laissent emporter par son histoire, ce qu'elle veut réellement est remplacé par une caricature avide de cette femme ancrée mais naïve. Contrairement à Lewinsky, une femme dont nous connaissons déjà la réputation déchirée en lambeaux, Mise en accusation nous montre exactement comment cette décimation se produit, à commencer par la façon dont les plus proches de Jones l'ont manipulée. Ashford excelle à canaliser l'innocence de Jones, utilisant son accent sucré aussi habilement qu'elle le fait avec ses grands yeux. Il est presque impossible de regarder la série sans vouloir faire un câlin à Paula Jones.

Ensuite, il y a Linda Tripp. Il y a eu beaucoup de controverse entourant la représentation de Paulson du fonctionnaire plutôt que de choisir une actrice de taille plus. Mais après avoir regardé les sept épisodes, il est difficile d'imaginer le rôle de Linda Tripp comme une bénédiction en dehors de son salaire. À bien des égards, Tripp est présenté comme une fin possible pour Lewinsky et Jones, une enveloppe durcie et amère qui a été foutue par l'establishment tant de fois que la souffrance professionnelle a été ancrée dans son essence même. Pourtant, Tripp en tant que personnage est si chroniquement misérable qu'elle provoque une rage immédiate.



Il y a de l'empathie dans ce portrait. Aussi vicieuse que Tripp soit toujours et autant elle a utilisé sans vergogne son prétendu ami, vous pouvez voir d'où elle vient. Bien qu'il soit exécuté avec amertume et dépit, Tripp a raison. La relation de Clinton avec un stagiaire était une grave erreur de pouvoir et c'était moralement répréhensible. De même, son amertume personnelle envers la Maison Blanche vient d'un endroit réel et crédible. Malgré à quel point elle peut être désagréable en tant que collègue, Tripp semble être bonne dans son travail. La bannir au Pentagone pour atténuer la mauvaise presse serait une décision vraisemblablement décourageante. C'est un témoignage de Mise en accusation' s écrit et la performance de Paulson que ces deux réalités peuvent être reconnues tout en voulant crier des jurons à chaque fois qu'elle apparaît à l'écran.

Nous aimons les histoires avec des rôles bien définis. Nous aimons que nos héros soient nobles, courageux et charismatiques et que nos méchants soient grossiers, immondes et méchants. À tout bout de champ Mise en accusation évite ces clichés car ils n'ont jamais existé dans la vraie vie. La vraie Monica Lewinsky a volontairement couché avec un homme marié, mais elle a aussi été victime de cet homme abusant de son pouvoir. Linda Tripp a défendu ce qui était moralement juste, mais elle l'a également fait d'une manière qui lui a été bénéfique et a trahi son amie dans le processus. Bill Clinton était un homme charmant qui était la cible d'un programme médiatique conservateur, mais il était également au centre de multiples accusations de harcèlement sexuel et a sciemment abusé de son pouvoir. Le bien et le mal sont vrais. Mise en accusation nous demande de nous souvenir de cet épisode horrible à la fois.

Le premier épisode de Impeachment: American Crime Story premières sur FX le mardi 7 septembre à 22h / 21h. De nouveaux épisodes seront diffusés chaque semaine. Mise en accusation ne sera pas disponible sur FX sur Hulu.

Regarder Impeachment: American Crime Story sur FX mardi 7 septembre